Communiqué de Presse

8 mars 2012

Les Chiennes de garde
montrent les crocs au MACHO DE L’ANNÉE

 

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, les Chiennes de garde décernent leur prix au Macho de l’année, qu’elles ont élu pour une déclaration publique faite en 2011.

Après le cardinal-archevêque de Paris, André Vingt-Trois, en 2009, Louis Nicollin, président du club de football de Montpellier, en 2010, Jean-Claude Elfassi, paparazzi, en 2011, le 4e macho à recevoir ainsi les déshonneurs féministes est

Maxime Valette, créateur de sites Internet et du site Vie de merde, pour sa déclaration :

« La seule façon pour qu’elle la ferme, c’est la violer. »
(au sujet de Tristane Banon)

Source : Twitter, 20 septembre 2011.

Cette phrase est révélatrice d’une pensée qui considère le viol comme un instrument punitif. Alors que 75 000 femmes sont violées tous les ans en France, son auteur minimise le crime qu’est un viol.

Pendant toute l’année 2011, les Chiennes de garde ont répertorié des déclarations publiques machistes ; elles en ont sélectionné neuf, parmi lesquelles les membres de l’association ont voté sans indication du nom des auteurs. Une large majorité a choisi la phrase retenue.

Cette année, pour la première fois, les Chiennes de garde ont repéré aussi des propos sexistes sur Twitter. En effet, Twitter, comme tous les supports de communications, n’échappe pas aux propos sexistes. Une insulte sur Twitter ne relève pas seulement de la conversation privée,  c’est aussi un  espace public de discussion, puisqu'un tweet a vocation à être lu par plusieurs personnes, à être propagé, retwitté, etc. Maxime Valette compte pas moins de 7 000 followers (personnes qui le suivent sur Twitter) et ce tweet a été retwitté plusieurs fois…

remise prix macho 2012

Remise du prix au Macho de l'année
au Divan du Monde, 75 rue des Martyrs, Paris 18e.

Macho 2012 public


Les dauphins du Macho de l'année sont :


Eric di Meco, ancien footballeur, pour : 

« […] On a tous fait des horreurs. [...] Ça soude le groupe. [...] La vie de groupe, c'est d'aller sortir le chichi à la femme de ménage. On est trois, on rigole »
[Au sujet des accusations de harcèlement sexuel de joueurs de l'équipe de rugby d'Angleterre] RMC, le Moscato show, 3 octobre 2011


Jean-François Kahn pour :

«Je suis […] pratiquement certain, qu'il n'y a pas eu une tentative violente de viol […] qu’y ait un troussage, euh, de domestique […] »
[À propos de l’accusation de viol portée par Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn] Source :  France Culture, 16 mai 2011.


Quelle banalisation du mépris pour les femmes et le féminin !
Ces déclarations relèvent de la violence machiste ordinaire !

Voir sur le site la liste des autres machos sélectionnés

et ici sur Public Sénat, l'intervention de Marie-Noëlle Bas,
présidente de l'association.

 

Depuis 1999, les Chiennes de garde aboient pour qu’on respecte la dignité des femmes, et montrent les crocs à des machos qui insultent des femmes en public de manière sexiste.

Sur le site, vous pouvez lire le blog d’une Chienne de garde avec des réactions féministes à l’actualité.

De plus, la Meute contre la publicité sexiste demande la création d’une instance chargée d’examiner toutes les publicités avant leur diffusion dans l’espace public (lire ici). Dirigée par une personnalité indépendante, elle sera composée pour moitié de représentant-es du peuple (élu-es, associations) et pour moitié de professionnels.

Aucun film ne peut sortir en France sans un visa officiel ; pourtant, personne n’est obligé d’aller au cinéma ni d’acheter un DVD. Alors, pourquoi les publicitaires ont-ils toute liberté pour imposer dans l’espace public  des images dégradantes de femmes ?

Depuis dix ans, La Meute des Chiennes de garde explique que ça suffit !

Aux politiques d’agir !

 


 

- Sommaire du Macho de l'année - Retour à la page d’accueil -