Communiqué de Presse

5 mars 2010

Les Chiennes de garde
aboient contre la publicité la plus sexiste
qui reçoit le prix Macho

 

PRIX MACHO 2010
décerné par La Meute des Chiennes de garde
à la publicité la plus sexiste de 2009

Choisi par La Meute parisienne parmi un ensemble de publicités sexistes rassemblées par les membres du réseau, le prix Macho 2010 est décerné à l’affiche, diffusée dans la rue et le métro, pour le

Prix de Diane (hippodrome de Chantilly)

Sur la pelouse d’un champ de courses, une femme nue, grande et mince, chaussée de talons aiguilles, se tient debout, de dos, bras en l’air, mains sur son chignon. Le tiers médian de son corps est caché par les portes d’une stalle de départ. À côté d’elle, accrochée à un cintre sur le montant de la stalle, une robe du soir, longue et volumineuse. Au loin, les tribunes, d’où la femme est donc visible de face.

Une femme nue à la place d’un cheval. Une femme-jument offerte aux regards, sa robe comme une croupe. Un corps de femme trophée.
« Y a plus qu’à la monter ! Grrrrrrrr ! » aboie La Meute

Cette publicité relève de la catégorie : « nudité sans rapport avec le produit ».

Dans la catégorie  « clichés sexistes », La Meute a choisi la campagne de Sixt, avec des photos d’accidents de voiture spectaculaires, et le slogan « Oui, nous louons aussi aux femmes », qui  accrédite l’idée reçue sur la prétendue dangerosité des conductrices ; en petits caractères, l’affirmation de l’inverse : les femmes « ont 3,5 fois moins d'accidents graves que les hommes ».

Dans la catégorie  « violence et prostitution », La Meute a choisi la campagne de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes, avec la tête chauve et souriante d’un homme ordinaire, le slogan « Je vois Céline tous les 15 jours et ça me fait un bien fou… », et la signature « Mon kiné… partenaire de ma santé durable ». Dévaloriser un métier en l’assimilant à la prostitution (cet homme « voit Céline », comme il pourrait aller « voir une prostituée ») fait de cet ordre professionnel peu soucieux de déontologie l’équivalent d’un proxénète.


Nous revendiquons le droit de vivre sans être exposés en permanence à des clichés sexistes, des slogans abrutissants, des images de violence, et en particulier de violence sexuelle.
La Meute demande la création d’une instance chargée d’examiner toutes les publicités avant leur diffusion dans l’espace public. Dirigée par une personnalité indépendante, elle sera composée pour moitié de représentant-es du peuple (élu-es, associations) et pour moitié de professionnels
.



La Meute dit NON à la publicité sexiste !

La Meute des Chiennes de garde est un réseau féministe, mixte et international, qui compte 7 300 membres, signataires du Manifeste « Non à la pub sexiste ! », dans 59 pays.
Le réseau de La Meute et l'association Chiennes de garde, unis depuis 2008, constituent La Meute des Chiennes de garde.
Site : http://www.lameute.fr/index/

 

- Retour à la page d’accueil -