lundi 20 février 2006

M. de Robien et l’apprentissage du sexisme

par le bureau des Chiennes de garde

 

Le 15 février 2006, M. de Robien, Ministre de l’éducation nationale, déclare dans la Dépêche du midi :

“L’apprentissage se fait par l’hémisphère gauche du cerveau, on apprend par séquence et non en globalisant. C’est comme pour apprendre à conduire, on n’apprend pas en même temps à tenir le volant, allumer la radio et caresser éventuellement la cuisse de sa voisine.”

Nous sommes toutes à la fois dubitatives , stupéfaites et choquées par ces propos.

Dubitatives parce que actuellement, aucun-e spécialiste des neurosciences ou des sciences cognitives n’oserait se permettre de prétendre savoir comment le cerveau apprend, ni assigner aussi péremptoirement des capacités à ce point séparées aux hémisphères cérébraux.

Stupéfaites car il serait fort surprenant que l’apprentissage de la lecture soit identique à l’apprentissage de la conduite automobile, notamment en termes d’âge et de développement général de la personne.

Choquées parce que M. de Robien se permet d’émailler ses propos d’un exemple machocentré vulgaire, hélas banal dans une discussion de café mais qui est inadmissible quand il entre dans le cadre de propos officiels tenus par le Ministre de l’éducation nationale.

M de Robien ferait-il référence à un naturel droit de cuissage, en associant apprentissage, conduite automobile et caresse virile sur sa voisine ? Quel hémisphère cérébral impulse le machisme dans les propos ministériels ?

Alors qu’on nous répète sans arrêt que le sexisme ne se résoudra pas par le recours à la loi, mais par l’éducation, nous nous déclarons choquées par les propos sexistes et racoleurs d’un Ministre qui rappelle à ses enseignants en guise de boutade que les femmes sont des objets sexuels.