Des Françaises insultées : les Chiennes de garde réagissent

 

 

« Des prostituées françaises prennent part au tumulte au sujet des droits humains » :

c’est ainsi que le quotidien iranien Kayhan, organe de la fraction la plus intégriste du pouvoir,
intitule un article, publié le 28 août 2010, qui attaque Isabelle Adjani et Carla Bruni ;
la première est traitée de « corrompue », la seconde de « dépravée ».
Les mêmes accusations et insultes figurent sur le site Internet du groupe de presse gouvernemental Iran.
Pourquoi tant de hargne ? Isabelle Adjani et Carla Bruni ont pris publiquement la défense de Sakineh Mohammadi Ashtiani, une Iranienne jugée pour adultère et complicité de meurtre, et condamnée à mort par lapidation.
 
À l'opinion internationale qui les interpelle au nom des droits humains, les intégristes iraniens répondent en disqualifiant deux femmes, Isabelle Adjani, l’une des plus grandes actrices françaises, et Carla Bruni, mannequin devenue chanteuse et épouse du président de la République, comme ils le font dans leur pays depuis 30 ans : par la violence sexiste et sexuelle.
 
Nous, Chiennes de garde, défendons la dignité des femmes.
Adresser des injures sexistes à des défenseures de Sakineh Mohammadi Ashtiani, c’est insulter toutes les femmes.

Nous apportons notre soutien à Isabelle Adjani et à Carla Bruni.
Nous demandons aux tenants de l'intégrisme religieux et du machisme sous toutes ses formes, en Iran et ailleurs, de ne pas se mêler de la vie sexuelle des femmes, dont la conduite ne concerne qu’elles-mêmes.

Qu’ils gardent pour eux pierres et insultes !