Communiqué de presse


Rapport Amnesty International
sur les violences faites aux femmes en France

par le bureau des chiennes de garde

 

 

C’est avec une grande satisfaction que les Chiennes de Garde voient les violences faites aux femmes traitées comme la conséquence d’un système social sexiste et discriminatoire dans le rapport d’Amnesty International

Souvent traitées sous l’angle de la violence privée ou comme la conséquence d’un problème psychologique du mari frappeur, voire comme un « problème de couple », les violences conjugales découlent directement d’un système sexiste et patriarcal qui domine encore la société française.
Un système de valeur qui, par exemple, privilégie encore les comportements agressifs, de domination, voire violents chez les petits garçons et valorise douceur abnégation et gentillesse pour les petites filles.

C’est pourquoi les Chiennes de Garde approuvent sans réserve l’analyse d’Amnesty International et notamment les déclarations suivantes :
"Considérées par beaucoup comme une affaire privée qui ne relève que de l’intime, les violences faites aux femmes sont pour Amnesty une affaire d’Etat", écrit l’organisation, qui dénonce "une société alimentée par un système culturel, social, économique, discriminatoire".*
"Toutes ces violences ont pour point commun d’être fondées sur une discrimination de genre (...) Cette violence spécifique s’exerce sur les femmes avant tout parce qu’elles sont femmes".**
Les Chiennes de Garde ont d’ailleurs examiné la façon dont les chiffres des violences faites aux femmes, rapportés par l’Enveff, sont critiqués et manipulés dans cet article.

A l’heure où l’on trouve, dans n’importe quel sexshop de quartier, des DVD porno « violences conjugales », « viol »... dont le contenu ne constitue rien de moins qu’une apologie des violences conjugales et du viol, et sans que cela n’entraîne la moindre réprobation, il était temps qu’une organisation qui ne soit pas spécifiquement féministe dénonce le fonctionnement de notre société et fasse un tel constat.
Dans ce même esprit, les Chiennes de Garde rappellent leur lutte concertée avec l’ensemble des organisations féministes pour l’obtention d’une loi-cadre contre les violences faites aux femmes.

Les Chiennes de Garde tiennent donc à féliciter Amnesty International pour le travail entrepris.

le 9 février 2006