vendredi 12 novembre 2004

Altercation, sans chignon, entre Aurélie Filippetti et Xavière Tibéri

par le bureau des chiennes de garde

 

Tout d’abord rappelons, puisque certains journalistes n’ont toujours pas compris ce que sont des termes sexistes, que « crépage de chignon » est une expression humiliante, rabaissant avec mépris, deux personnes en raison de leur sexe féminin.

Pour deux élus masculins on parlera de désaccord, de vive discussion, de différends, d’altercation ou on dira simplement qu’ils se sont « engueulés », (trivial) ou qu’ils ont eu « des mots » (distingué) voire on supposera qu’ « ils étaient prêts à en venir aux mains ».. ; chose tout à fait courante quand la polémique fait rage, dans l’hémicycle par exemple. Parlerait-on , pour messieurs les députés vindicatifs, de crêpage de moumoutes ? ? ?

Pour deux femmes, en désaccord, en colère, s’affrontant et défendant leurs idées (nous sommes dans la sphère politique et publique), on assène qu’elles se sont « crêpé le chignon ! » expression sexiste, s’il en est, puisque seules les femmes sont susceptibles d’arborer cette coiffure capillaire . On les ramène une fois de plus à un attribut physique féminin, coquetterie et futilité sont ainsi posées, on y rajoute un brin d’hystérie dans la supposée violence, et voici nos deux protagonistes remises à leur place : des individus femelles peu crédibles dont les indignations, les différends idéologiques, ne sont même pas à prendre en considération : ce ne sont que deux « suffragettes » aussi ridicules que celles qui osaient réclamer le droit de vote au début du 20 eme siècle.

D’autre part, nous Chiennes de Garde, sommes extrêmement vigilantes sur les insultes sexistes proférées en public, a fortiori envers une élue politique : insulter une élue en la traitant de « Salope ! » c’est insulter non seulement toute les femmes, mais sa fonction d’élue du peuple.

Nous demandons à madame Tibéri de s’excuser envers Aurélie Filippetti, pour ces injures grossièrement sexistes, qui éclaboussent autant celle qui les profère que celle qui les reçoit. Il serait temps que les femmes entre elles n’adoptent plus un comportement machiste et sexiste, dont elles sont par ailleurs les premières victimes. Madame Tibéri doit sans doute comprendre qu’insulter une élue en raison de son sexe est aussi indigne que stupide, surtout quand on est soi-même une femme.

http://permanent.nouvelobs.com/poli...

http://www.liberation.fr/page.php?A...